Covid: les difficultés de CureVac pourraient contrarier la vaccination dans l’UE

Son vaccin anti-Covid n’est pas encore approuvé que, déjà, les problèmes se profilent. L’allemand CureVac, qui doit jouer un rôle important dans les campagnes européennes de vaccination, évoque des difficultés d’approvisionnement, accusant les Etats-Unis de bloquer l’exportation de certains composants.”Nous ne recevons plus tout le temps les matériaux qu’il nous faut”, a reconnu Franz-Werner Haas, patron de CureVac, dans un entretien mardi au magazine allemand Der Spiegel, en précisant que ces composants étaient bloqués outre-Atlantique.Interrogé quant au rythme de production de son vaccin cet été, M. Haas s’est abstenu de répondre, se contentant de dire qu’en la matière son groupe vivait “au jour le jour” et peinait à constituer “un stock important”.Ce situation est gênante pour l’Union européenne, qui veut vacciner 70% de ses habitants adultes contre le Covid-19 d’ici à juillet. Sans être indispensable à cet objectif, le vaccin de CureVac pourrait fournir une aide conséquente.Certes, il n’est pas encore approuvé: ses essais doivent aboutir dans les prochaines semaines et, dans la foulée, les autorités sanitaires européennes se prononceront à son sujet.Mais l’UE a d’ores et déjà fait un gros pari dessus. Elle en a commandé plus de 400 millions de doses, la principale commande engrangée par CureVac dans le monde.L’arrivée prochaine de ce vaccin est bienvenue car l’UE a subi des contretemps avec plusieurs autres fournisseurs, à commencer par le britannique AstraZeneca désormais engagé avec Bruxelles dans une procédure judiciaire à cause de retards de livraison.AstraZeneca, tout comme le vaccin de l’américain Johnson & Johnson, a aussi été interdit au Danemark et écarté dans d’autres pays pour les catégories de population plus jeunes, à cause de possibles effets secondaires graves (un type très rare de thrombose).Contrairement à ces deux vaccins, CureVac utilise la technologie de l’ARN messager, tout comme les deux autres vaccins déjà approuvés dans l’UE, Pfizer et Moderna qui ne suscitent pas d’inquiétude sanitaire.Les doutes du patron de CureVac sont d’autant plus préoccupants qu’ils rappellent les arguments d’AstraZeneca pour justifier ses retards de livraison.Le groupe britannique avait expliqué que d’autres pays bloquaient l’exportation de vaccins fabriqués sur leur territoire, ciblant sans les nommer le Royaume-Uni et, surtout, les Etats-Unis.- Mise en flacon en France -CureVac est plus explicite en évoquant ouvertement des blocages américains. Il cite des restrictions liées au Defense Production Act, une loi qui encadre normalement les efforts de guerre mais a été invoquée par les présidents Donald Trump puis Joe Biden face à la pandémie.La différence avec AstraZeneca, c’est que les Etats-Unis ne bloquent pas l’exportation d’un vaccin fini mais, selon M. Haas, celle de composants essentiels à sa fabrication en Europe.Il s’agit par exemple des nucléotides, qui servent ensuite à synthétiser les fragments d’ARN à la base du fonctionnement du vaccin.Cette dépendance aux Etats-Unis est une mauvaise surprise, alors que CureVac avait mis en avant ces derniers mois la constitution d’”un vaste réseau industriel en Europe”.Il a conclu des accords avec des habitués de la sous-traitance pharmaceutique, comme en France les usines de mises en flacon du groupe Fareva, et des géants de la pharmacie tels l’allemand Bayer et le suisse Novartis.Mais cela risque d’être insuffisant à court terme, un constat embarrassant pour l’UE au moment où celle-ci cherche à rassurer sur la capacité de ses usines à répondre rapidement à la demande de vaccins.Le commissaire européen chargé de superviser la production de vaccins, Thierry Breton, assure régulièrement que l’industrie européenne est en ordre de marche avec une cinquantaine de sites contribuant à la production de vaccins.Sollicitée par l’AFP sur d’éventuelles inquiétudes quant à la production de vaccins CureVac, l’UE n’a pas répondu.Du côté de la France, où la mise en flacon du vaccin CureVac par Fareva est prévue fin mai ou début juin en fonction de sa date d’autorisation, le gouvernement a assuré à l’AFP qu’il n’y aurait “pas d’impact sur le démarrage de la production”.Mais “il faudra rester vigilant sur la capacité à augmenter la production ensuite”, a-t-il reconnu, renvoyant la balle à CureVac.

The post Covid: les difficultés de CureVac pourraient contrarier la vaccination dans l’UE first appeared on ProcuRSS.eu.

To Top