Malgré les promesses, le système de santé britannique malade de sous-financement

En avril 2020, le Premier ministre britannique Boris Johnson remerciait avec émotion à la télévision les infirmiers qui lui avaient sauvé la vie lorsqu’il était malade du Covid-19 et promettait tous les fonds nécessaires au système de santé public au bord de l’implosion.Plus d’un an après, les travailleurs médicaux britanniques dénoncent de vaines promesses et se sentent “trahis” tandis que les experts avertissent des dangers d’un sous-investissement persistant.Avant la pandémie, le NHS, système de santé britannique gratuit auquel les Britanniques vouent un véritable culte, “était déjà en posture difficile”, rappelle Stuart Tuckwood, infirmier.”Nous étions à la traîne sur les délais de traitements” à cause d’un manque chronique de personnel et de lits d’hôpitaux, ajoute ce responsable du syndicat de fonctionnaires Unison.Les hôpitaux et leur personnel ont ensuite dû affronter le stress et les horaires infernaux de plusieurs vagues dévastatrices de Covid-19 qui ont fait plus de 127.000 morts au Royaume-Uni, le pays d’Europe le plus endeuillé par le virus.”Beaucoup de travailleurs du NHS se retrouvent avec d’énormes problèmes physiques et mentaux”, alors quand “le gouvernement a indiqué que tout ce qu’il allait (leur) offrir est une augmentation de 1%, cela a été ressenti comme une énorme trahison”, poursuit M. Tuckwood.Cette maigre concession a ému bien au-delà des principaux concernés: si les leaders de l’opposition travaillistes appellent à augmenter la paie des travailleurs dits essentiels, même la pop star Dua Lipa s’en est mêlée.En recevant un prix aux Brit Awards cette semaine, elle a appelé Boris Jonhson à accorder “une augmentation décente”.”La pression sur le personnel du NHS n’est pas tenable et les gens sont épuisés”, insiste Stuart Tuckwood.- “Risques trop grands” -Une étude récente de la British Medical Association sur 2.100 employés médicaux constatait que plus d’un sur cinq prévoit de quitter le NHS et de changer de carrière à cause d’une année de stress et de fatigue intenses.Stuart Tuckwood explique que si les infirmières et infirmiers sont souvent considérés comme sous-payés, nombre d’aide-soignants ou employés moins qualifiés gagnent encore moins. Et beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté.Le syndicat d’infirmiers Royal Nurses College demande une hausse de 12,5%, tandis qu’Unison souhaite 2.000 livres par personne pour l’année une prime exceptionnelle.Franco Sassi, professeur de politique de santé à Imperial College Business School, s’inquiète pour sa part d’un “manque de financement structurel supplémentaire (…) au-delà de l’engagement sur les dépenses urgentes face à la pandémie”.Les dépenses de santé au Royaume-Uni étaient déjà de “43% inférieure à celle de l’Allemagne et de 15% à celle de la France avant la pandémie”, souligne-t-il.Le nombre de médecins au Royaume-Uni, à 2,8 par mille personnes, “est très inférieur aux moyennes de l’UE” et le nombre de lits d’hôpitaux est le deuxième plus faible en Europe, poursuit M. Sassi dans une note publiée sur le site d’Imperial.Si ce retard n’est pas corrigé, “le NHS ne sera pas en mesure de faire face aux besoin des patients après la pandémie”, conclut-il.Plus d’investissement mettra les finances publiques encore plus sous pression, mais “laisser le NHS sous-financé de la sorte génère des risques trop grands”.- “Rattraper le temps perdu” -Le gouvernement conservateur de Boris Johnson affirme pour sa part avoir procédé à “des investissements record pendant la pandémie et avoir annoncé 7 milliards de livres (plus de 8 milliards d’euros) de financements supplémentaires pour le NHS et la prise en charge sociale dédiés au Covid-19”, d’après un porte-parole du département de la Santé.En outre, les autres fonctionnaires ont vu leur paie gelée cette année contrairement aux employés du NHS, et les employés du NHS “ont bénéficié d’accord de paie pluriannuels avec les syndicats”, ajoute-t-il, sans parler de primes de remise à niveau pour les fonctionnaires les moins payés, y compris ceux du secteur médical.L’Institut sur les études fiscales, pourtant partisan d’un orthodoxie budgétaire, s’alarme lui aussi dans une étude publiée jeudi: “5 millions de personnes attendent à présent pour des traitements hospitaliers de routine” au Royaume-Uni, dont près de 10% depuis plus d’un an, relève l’IFS.”Rattraper le temps perdu va prendre des années et des milliards de livres”, insiste-t-il.Le gouvernement britannique vient d’annoncer jeudi 160 millions de livres (plus de 185 millions d’euros) pour aider à accélérer ce rattrapage de soins, après plus d’une année de pandémie.

The post Malgré les promesses, le système de santé britannique malade de sous-financement first appeared on ProcuRSS.eu.

To Top